Skip to content

L’histoire thermale

A Salies-du-Salat, le gisement d’eau salée a toujours été un des éléments moteurs de la cité thermale

Le sous-sol de la ville renferme une couche de sel située à 300 mètres de profondeur. Depuis l’antiquité, l’eau du « puits salé » qui coulait à fleur de terre au milieu du parc des anciens thermes, était utilisé pour la fabrication du sel domestique par la technique de l’évaporation. Il était recueilli dans des bassins à revêtement de marbre chauffés au feu de bois.
Quelques vestiges archéologiques trouvés dans le sol laissent supposer que les Romains utilisaient déjà les eaux salées dans un but thérapeutique.

Le 7 mars 1880, l’État autorise la ville de Salies-du-Salat à exploiter les eaux salées dans un but thérapeutique. La construction d’un établissement thermal de style mauresque, “Les Bains Salins” est entrepris en 1885, à l’emplacement de l’antique puits salé. Salies devient “la Station de la Femme et de l’Enfant” et, “Les Bains salins” s’avérant trop exigus, il faut envisager la construction de nouvelles installations.

“Les Nouveaux Thermes” ont été construits en 1923. Ils sont beaucoup plus grands et modernes que les anciens. La partie fonctionnelle est précédée d’un péristyle de type Néo-Égyptien avec ses décors de faïences et ses colonnes massives. Le grand hall est aussi caractéristique de ce style, très en vogue dans les années 1920. Cet établissement connaît depuis sa création une importante fréquentation. Les soins qui y sont prodigués sont continuellement modernisés.